Les otaries et les dauphins de la marine américaine en préretraite

Les otaries et les dauphins utilisés par la marine américaine, dans le cadre d’un projet développé à partir du début des années soixante, devraient être progressivement mis à la retraite, à partir de 2017, remplacés par des robots. 

Depuis plus de cinquante ans, des dauphins et des otaries ont été dressés à protéger des ports ou des navires, à effectuer des missions de secours, à détecter des mines, à récupérer certains objets, et ont été déployés sur de nombreux théâtres d’opération, du Vietnam à l’Irak. 

La formation et l’entretien de ces animaux, doués d’intelligence et ayant démontré de grandes facultés d’adaptation en situation de combat, n’en demeurent pas moins coûteuse. 

Leur remplacement par des robots permettrait de réaliser des économies avec la disparition de la phase d’apprentissage, tout en offrant une bonne fiabilité et disponibilité.

Présenté récemment, le robot appelé à les remplacer, baptisé Knifefish, a la forme d’une torpille dont l’autonomie (16 heures) permettra une immersion plus longue que celle des mamifères.

Équipé d’un sonar, Knifefish permettra de repérer des mines sous-marines et pourra être épaulé dans sa tâche par d’autres robots.

Si les dauphins et les otaries s’apprêtent ainsi à prendre leur retraite, les hommes (grenouilles) seront, eux, toujours nécessaires aux opérations de déminage et à d’autres manipulations complexes.

La Marine américaine a toutefois annoncé que tous les mammifères ne seraient pas démobilisés d’ici 2017, d’autres projets pouvant avoir recours à leurs services d’ici là.

Source www.generation-nt.com

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE