Energy Observer en Namibie, nouvel eldorado de l’hydrogène vert ?

Pour sa septième et dernière escale africaine, Energy Observer s’est arrêté en Namibie, l’un des pays au potentiel photovoltaïque les plus élevés au monde. Le navire laboratoire fait escale dans un État qui ambitionne de devenir l’un des leaders de l’exportation d’hydrogène vert à horizon 2030, alors qu’il importe aujourd’hui près de 60 % de sa consommation électrique tout en s’engageant résolument dans la transition énergétique.

Avec en moyenne 300 jours de soleil par an et de longues journées, dont la durée oscille entre 11 h et 14 h en fonction des saisons, la Namibie se situe juste derrière le Chili qui détient le record mondial d’ensoleillement. Soit plus de 3 000 heures de soleil annuel à la disposition de l’un des pays les plus stables politiquement du continent. La fraîcheur de la Namibie est également un facteur important qui améliore le rendement des panneaux photovoltaïques, phénomène que l’équipage d’Energy Observer constate quotidiennement sur le pont du navire. Elle est en grande partie attribuable au courant marin froid de Benguela qui longe la côte ouest de l’Afrique australe.

Remarquables ressources énergétiques renouvelables et minières, investissements massifs dans le dessalement de l’eau de mer, projets massifs de production d’hydrogène vert, Energy Observer se devait d’aller découvrir et documenter les enjeux de ce pays hors normes. Pour cette 81e escale, le navire laboratoire est amarré au Yacht Club de Walvis Bay, seul port de commerce en eau profonde du pays et futur terminal de carburants bas carbone, idéalement placé sur les routes maritimes de l’Atlantique Sud.

La Namibie amorce sa transition énergétique

Agathe Roullin, reporter embarquée, et Victorien Erussard sont allés visiter et filmer une impressionnante usine de dessalement de l’eau de mer, installée par la société française Orano.

L’un des problèmes majeurs de la Namibie est le manque d’eau, avec des précipitations qui dépassent à peine la vingtaine de millimètres à l’année dans l’ouest du pays (soixante fois moins qu’à Brest) et des ressources en eau douce énormément sollicitées par l’industrie minière. 

Pour rappel, le sous-sol est d’une richesse hors du commun avec notamment de l’uranium (la Namibie en est le 3e producteur mondial) dans la région d’Erongo (Walvis Bay). Une ressource minière qui représente environ 10% du PIB du pays et plus de 60% des recettes d’exportation sur la période 2017-2019.

Pour remédier à ce manque d’eau douce et répondre à ses besoins, la société française Orano (ex Areva) a installé le plus grand complexe de dessalement d’eau de mer à osmose inverse d’Afrique australe.

« L’usine produit actuellement 12 à 13 millions de mètres cube d’eau douce par an (1800 m3 par heure), destinés à 90% aux industries minières, 10% à la population locale, relate Agathe Roullin, reporter embarquée qui a visité le site avec Victorien Erussard. Lorsque l’économie hydrogène sera mature, il est évident que la demande augmentera encore considérablement, au point de nécessiter la création de nouvelles usines comme celle d’Erongo. Avec le défi d’en faire profiter les populations locales et de limiter l’impact sur les écosystèmes marins. »

Orano se réserve la possibilité de quasi doubler sa production annuelle en passant à 25 millions de mètres cube d’eau douce,« soit l’équivalent de 10 000 piscines olympiques », voire d’engager de nouveaux investissements faisant passer la production du site à 45 millions de mètres cube.

C’est aussi ici que le paradoxe namibien vient au grand jour. Les pompes à eau de mer qui alimentent le site d’Erongo sont électriques et elles-mêmes alimentées par de l’électricité achetée à son voisin sud-africain.

« La Namibie dépend pour 60 % de sa consommation électrique d’importation via des contrats passés entre autres avec l’Afrique du Sud, dont l’essentiel de la production est produit par des centrales à charbon… »

A court terme, Orano souhaite décarboner une partie de son activité et vient de se lancer dans la construction d’une centrale solaire.

Des projets et des ambitions… à horizon 2030 

La transition énergétique est en marche même si elle reste à amplifier. Des défricheurs sont déjà en place avec HDF Energy, futur projet de centrale solaire « Renewstable » utilisant de l’hydrogène vert pour remédier à l’intermittence propre au photovoltaïque. « L’idée est de faire du « power to power », en produisant de l’hydrogène comme moyen de stockage (centrale solaire 85 MW) et utiliser localement cette électricité, explique Tashiya Walenga, responsable du projet.Pour l’instant nous avons mis en place une petite station pour suivre et mesurer les conditions et le rendement des panneaux solaires test, avant de démarrer la construction dans le courant de l’année 2024. »

À une autre échelle, la co-entreprise Cleanergy Solutions Namibia (CMB TECH et O&L) a lancé la construction d’un démonstrateur en présence d’Energy Observer, qui sera suivi d’un parc solaire de 10 hectares, accompagné d’une installation de production d’hydrogène équipée d’un électrolyseur de 5 MW. Cette usine doit constituer la première installation de production d’hydrogène de ce type en Afrique australe, exploitant directement l’énergie solaire du parc pour produire de l’hydrogène vert, qui sera ensuite distribué dans une station de ravitaillement ouverte au public.

« Des projets ont reçu des agréments, poursuit l’équipe d’Energy Observer. Des études environnementales ont été réalisées, des financements ont été validés par le gouvernement. La transition énergétique du pays est lancée, mais va mettre encore quelques années à se concrétiser. »

Par exemple, la société Hyphen Energy projette de produire à terme 350 000 tonnes d’hydrogène vert chaque année, pour une capacité de 5 à 6 GW de production renouvelable et environ 3 GW de capacité d’électrolyse.

Ou encore, le Daures Green Hydrogen Village, qui vise à produire 31 tonnes d’hydrogène et 109 tonnes d’ammoniac par an pour commencer. Tous les ingrédients pour réaliser de l’hydrogène vert sont en place sur un territoire au potentiel exceptionnel, constate l’équipe d’Energy Observer.

« La Namibie présente une stabilité politique exemplaire sur le continent, complète Victorien Erussard. Un atout pour les investisseurs. Le pays affiche aussi clairement ses ambitions de transition énergétique. Avec seulement 2,6 millions d’habitants, il devrait rapidement pouvoir mettre en place son autonomie énergétique. L’énorme potentiel de la Namibie lui ouvre sans aucun doute des perspectives d’exportation à une échéance pas si lointaine que cela, si son engagement est à la hauteur de ses ambitions. »   

Deux axes principaux ont fait l’objet de tournages en Namibie, venant compléter les autres sujets produits en Afrique : Comme pour chaque pays visité, une introduction aux équilibres énergétiques locaux baptisée « How green is.. », puis un sujet spécifique sur les productions d’hydrogène décarboné et leurs enjeux environnementaux et sociétaux.

La suite de l’Odyssée, encore de grandes traversées 

Après le continent africain, qui a permis à l’équipage de documenter et de filmer de nombreux projets et enjeux vraiment spécifiques à ce continent, Energy Observer remet le cap à l’ouest vers l’Amérique du Sud, autre continent lancé dans la transition.

Le catamaran expérimental naviguera vers Fortaleza (Brésil) ce mardi 3 octobre 2023 avec, pour cette nouvelle transat, une escale prévue sur l’île de Sainte-Hélène. Fortaleza est au cœur des ambitions brésiliennes en matière d’énergies renouvelables, bénéficiant d’un fort régime d’alizés et donc d’une source de vents stable et puissante.

Avant son départ pour le Brésil, l’équipage a justement reçu les ambassadeurs du Brésil, mais aussi d’Espagne, invités par M. Sébastien Minot, Ambassadeur de France. Véritable vitrine opérationnelle de l’ensemble des technologies qui sont déployées dans le pays, Energy Observer a également invité à bord de très nombreux officiels, ingénieurs et responsables namibiens, dont les ministres des Finances, de l’Environnement et du Tourisme.

Soleil, vent, eau de mer, Energy Observer est dans ses éléments pour poursuivre son tour du monde de la transition énergétique en Atlantique sud, à la rencontre des projets les plus ambitieux et innovants.

Source : Energy observer.

Crédits photos : Energy Observer Productions – George Conty.

Marine & Oceans
Marine & Oceans
La revue trimestrielle MARINE & OCÉANS est éditée par la "Société Nouvelle des Éditions Marine et Océans". Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public aux principaux enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d’un milieu fragile.   Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu'aux échanges. Les ressources qu'ils recèlent sont à l'origine de nouvelles ambitions et, peut-être demain, de nouvelles confrontations.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.