La Marine nationale fête la victoire de la bataille de Chesapeake pour rappeler l’importance de disposer d’une marine équipée, organisée et entraînée

Le 5 septembre, la Marine nationale a célébré la victoire de la bataille de Chesapeake. A cette occasion, une cérémonie de commémoration s’est tenue aux Invalides, présidée par l’amiral Vaujour, chef d’état-major de la Marine. Etaient présents des représentants de l’EMSOME et des deux brigades amphibies : la 6eme brigade légère blindée et la 9ème BIMA de l’armée de Terre, en souvenir des 40 régiments qui débarquèrent au cours des opérations amphibies de la bataille.

L’ordre du jour, numéro 8 de l’amiral Pierre Vandier, lu au cours de la cérémonie et reprenant le récit de la bataille, a rappelé les leçons qui font des équipages de la flotte de l’amiral De Grasse des exemples pour les marins aujourd’hui. « Importance de l’entraînement, innovation tactique, capacité d’adaptation […] coopération interarmées et interalliée » : les apprentissages de la bataille de Chesapeake furent en effet nombreux, et font aujourd’hui partie de l’esprit de la Marine nationale.

Au cours de la cérémonie, l’amiral Vaujour a également remis le « prix Chesapeake » à trois entités de la Marine. Ce prix distingue les unités ayant particulièrement fait preuve d’esprit combattant au cours de l’année écoulée : l’équipage B de la frégate multimissions (FREMM) Bretagne, les patrouilleurs Antilles-Guyane (PAG) La Confiance et La Résolue et l’école de navigation sous-marine de Brest. Par leur esprit de pugnacité et de refus de la défaite, à l’image de nos Anciens de Chesapeake, ces unités sont le reflet d’une Marine engagée jusqu’au bout pour la réussite des missions qui lui sont confiées.

A terre ou en mer, la Force d’action navale a, comme l’ensemble de la Marine, commémoré le 242ème anniversaire de la bataille de la Chesapeake.

L’ordre du jour a été lu, pour rappeler à tous les marins le récit de la bataille, ses enseignements et sa portée actuelle. Plusieurs activités de cohésion se sont ensuite déroulées permettant ainsi aux marins de renforcer l’esprit d’équipage et la combativité : valeurs déterminantes au cours de la bataille de Chesapeake et toujours bien vivantes dans la Marine d’aujourd’hui.

A Toulon les célébrations ont débuté par une assemblée des couleurs présidée par le contre-amiral François-Xavier Polderman, chef d’état-major de la Force d’action navale (ALFAN) en présence des adjoints organiques d’ALFAN à Toulon ainsi que du personnel de l’état-major. Les couleurs ont néanmoins été mises en berne, en mémoire du sergent-chef Nicolas Mazier, mort en opération en Irak et dont l’hommage national se déroulait le même jour.

Sur la goélette Etoile, appareillant pour sa mission annuelle au profit de l’Ecole navale, dite « d’accoutumance » pour les jeunes élèves officiers, ce fut l’occasion de rassembler l’équipage et ces jeunes gens sur le pont afin d’effectuer la lecture de l’ordre du jour et notamment de rappeler que les valeurs définies dans cet ordre du jour sont tout aussi importantes au sein d’un bâtiment de premier rang que sur une goélette. En effet l’équipage est proche des éléments et embrasse en quelque sorte (avec humilité) les mêmes contraintes que leurs Anciens ayant participé à cette grande bataille : quart sur le pont en bordée quelles que soient les conditions météo, apprendre le métier de son voisin, être combatif pour assurer son quart, monter dans la mâture pour envoyer/amener les voiles…

En ce jour de commémoration de la bataille de la Chesapeake, le chasseur de mines tripartites Croix du Sud a quant à lui appareillé pour trois jours d’entraînement à la mer. Après avoir franchi les passes du goulet de Brest, le capitaine de corvette Julien Malherbe, commandant le bâtiment, a rassemblé son équipage plage avant et a lu un discours afin de rappeler l’importance de la commémoration de cette bataille.

Les marins de la FREMM Languedoc déployés en océan Indien ont eux aussi commémoré la victoire décisive de la Chesapeake, lors de laquelle leurs Anciens ont apporté une aide cruciale dans la guerre d’indépendance américaine. Cette cérémonie a permis la remise de lettres de félicitation à des marins s’étant particulièrement distingués.

A Marseille, la lecture de l’ordre du jour a été faite dans toutes les emprises du bataillon de marins–pompiers de Marseille (BMPM). S’en sont suivies des activités sportives réunissant le 1er régiment étranger de cavalerie de la Légion étrangère, en présence du vice-amiral Lionel Mathieu, commandant le BMPM, et d’invités du consulat des États-Unis à Marseille autour d’un tournoi de rugby flag. Les valeurs du rugby rejoignent en effet celles de l’esprit Chesapeake : combattivité, esprit d’équipage, pugnacité, esprit d’initiative.

A Brest, une cérémonie a eu lieu dans la cour d’honneur de la préfecture maritime. Devant l’amirauté, le contre-amiral Jean-Marin d’Hébrail, adjoint au commandant de la zone maritime, a rappelé l’histoire de cette victoire navale française d’un point de vue militaire et stratégique.

S’en est suivie la cérémonie de dévoilement de la plaque de la rue de la bataille de la Chesapeake dans la base navale, au cours de laquelle le commandant de la base navale de Brest, le capitaine de vaisseau Jean-Christophe Coëffé, a démontré la manière dont cet événement historique peut s’inscrire dans le présent et l’avenir de la Marine. L’adjoint au commandant de l’arrondissement maritime, le contre-amiral de Jaurias, s’est également exprimé sur la Chesapeake, rendant vivante et pleine d’enseignements cette bataille incontournable.

En parallèle du cérémonial, une course d’obstacles a eu lieu au fort du Portzic, mêlant sport et énigmes à résoudre en équipes sur le thème de la bataille de la Chesapeake.

Enfin, M. Hervé Bedri, chargé de patrimoine, a présenté une conférence au cours de laquelle il est revenu dans le détail sur le déroulé de la bataille, mais également sur des informations relatives à la navigation de l’époque, à l’histoire française et américaine, et au rôle du port de Brest dans ce maillage historique large.

Les marins de l’antenne de la Force d’action navale à Brest se sont rassemblés pour commémorer la bataille de Chesapeake, à bord des bâtiments mais aussi à terre.

Suite aux cérémonies avec lecture de l’ordre du jour permettant à chacun de se remémorer cette victoire décisive, 16 unités au total, des unités embarquées, de l’état-major ainsi que du service militaire volontaire (SMV) ont participé à la course d’obstacles organisée par le service EPMS de la base navale et d’ALFAN Brest. L’objectif était certes physique mais aussi mental, chaque équipe devant passer les obstacles tout en mettant à l’épreuve leur mémoire pour retenir des informations clés de la bataille de Chesapeake, dans le but de répondre au quizz final à l’issue du parcours.  Les marins ont fait preuve de détermination et d’esprit de cohésion.

A Cherbourg, les marins de la façade de la Manche et de la mer du Nord se sont rassemblés au cours d’une cérémonie. Puis, 115 d’entre eux ont participé à des activités sportives et à un parcours d’aguerrissement valorisant l’esprit de cohésion, d’engagement et de combativité.

A Lorient, les fusiliers marins mais également les marins de la base d’aéronautique navale (BAN) de Lann-Bihoué ont participé au challenge sportif organisé par la base avec au programme 375 m de natation en piscine puis 4,5 km de course à pied. Le challenge a été suivi dans l’après-midi par une cérémonie comprenant une minute de silence à la mémoire du sergent Mazier du CPA 10 puis la lecture de l’ordre du jour avant la remise des prix. Les marins de la BAN de Lann-Bihoué, l’école des fusiliers marins, la FDI Amiral Ronac’h ainsi que le 3eRIMA étaient présents afin de fêter l’anniversaire de la bataille de Chesapeake. Rebecca Castaudi, double championne du monde junior de pentathlon, faisant partie de l’armée des champions et parrainée par la BAN de Lann-Bihoué, a participé à la journée.

A Hyères, des remises de décorations ont eu lieu. Le capitaine de frégate Jérôme Perrot, commandant la Flottille 31F a reçu la Légion d’honneur, le lieutenant de vaisseau Nicolas, pilote à la Flottille 31F a reçu la médaille d’or de la défense nationale (avec étoile de bronze).

A Lanvéoc-Poulmic, la base d’aéronautique navale (BAN) a réuni l’ensemble de son personnel autour d’une cérémonie des couleurs qui s’est tenue avant la lecture de l’ordre du jour et l’allocution du commandant de la BAN. S’en sont suivies une série d’épreuves sportives de type « méthode naturelle » encadrées par le bureau de l’entraînement physique militaire et sportif.

A l’École navale, l’ensemble du personnel civil et militaire s’est rassemblé à l’occasion de la commémoration de la bataille de Chesapeake. Les élèves ont proposé une reconstitution historique sur le plan d’eau, avec l’ensemble des moyens nautique de l’École. Des élèves en provenance de St Cyr Coëtquidan ont participé à la reconstitution en costume d’époque. La journée s’est poursuivi par une conférence du contre-amiral Jean-Marin d’Hébrail, adjoint au commandant de zone maritime Atlantique.

En Polynésie française, après une cérémonie des couleurs présidée par le contre-amiral Geoffroy d’Andigné, commandant les forces armées en Polynésie française, un challenge sportif inter-unités a été organisé. S’en est suivie une journée de cohésion organisée par le groupement aéronautique militaire (GAM) de Faa’a au profit des marins du GAM, de la direction du commissariat d’outre-mer en Polynésie française (DICOM-PYF), de la DIRISI, du RIMAP-P et du COMSUP FAPF.

Sur la base navale de Nouméa, à l’issue de la cérémonie, s’est déroulé un événement sportif amphibie auquel s’est joint le régiment d’infanterie de Marine du Pacifique – Nouvelle Calédonie (RIMAP NC), cette célébration a rassemblé plus de 150 marins des différentes unités de la base qui ont su faire (re)vivre l’esprit Chesapeake.

Aux Antilles, les forces armées ont commémorés l’anniversaire de la Chesapeake, symbole de l’engagement et de la combativité des marins français. Cette bataille demeure une référence incontournable pour la Marine nationale, symbolisant un succès tactique qui a engendré une victoire stratégique. Elle incarne la force morale, l’esprit d’équipage et la coordination interarmées et interalliées, représentant une vision exemplaire du combat naval d’hier et de demain. Un défi sportif « Run & Swin » dans lequel les marins et les troupes de Marine des forces armées aux Antilles a été organisé par la base navale de Fort-de-France.

Aux Émirats arabes-unis, sur la base navale d’Abu Dhabi, en plein cœur du golfe, plus de 120 marins se sont rassemblés pour célébrer la victoire de la bataille de Chesapeake. La journée a débuté par une cérémonie militaire, présidée par le commandant des forces françaises aux Émirats arabes-unis et de la zone océan Indien (COMFOR EAU / FFEAU) – le vice-amiral Emmanuel Slaars. Après la lecture de l’évocation de la bataille, 4 marins s’étant particulièrement illustrés à l’occasion de l’escale inédite du sous-marin nucléaire Suffren, se sont vu remettre un témoignage de satisfaction et une lettre de félicitations.

A l’issue de la cérémonie, tous ont participé à un challenge combinant épreuves sportives et questions de culture militaire, qui a été l’occasion de renforcer la cohésion et l’esprit d’équipage autour du souvenir de cette victoire historique célébrant le génie et la combativité de la Marine nationale.

En Guyane, la base navale de Degrad des Cannes a organisé une cérémonie commémorative de cette victoire navale, suivie d’un challenge sportif interarmées.

Après la lecture de l’ordre du jour rappelant l’importance de valeurs telles que la coopération interarmées et interalliée, le courage physique, la force morale et l’unité des équipages dans l’adversité, la cérémonie militaire présidée par le capitaine de frégate Nicolas Ambrosi, commandant la base navale, a été l’occasion de remettre des médailles d’argent de la Défense nationale à trois marins de la base navale.

A l’image de la coopération interarmées ayant permis la victoire de Chesapeake, plus d’une cinquantaine de participants issus d’unités des forces armées en Guyane (patrouilleur Antilles-Guyane La Confiance, brigade de gendarmerie maritime de Cayenne, 9ème régiment d’infanterie de Marine, 3ème régiment étranger d’infanterie, base aérienne, base navale, DICOM-GSBdD, DID et DIRISI) se sont ensuite affrontés lors d’un challenge sportif permettant d’illustrer l’esprit d’engagement, de persévérance et d’audace de Chesapeake.

Par équipes de 5, les militaires ont rivalisé d’adresse, d’endurance et d’esprit autour de dix épreuves classiques (crossfit, course en relais, rameur, quizz autour de la bataille de Chesapeake, tir à la corde), atypiques (retournement de pneu de tracteur, lance-amarre, poussée de voiture) ou encore propres au milieu guyanais (montage de hamac, brancardage).

A l’issue de la compétition, le général de brigade aérienne Marc Le Bouil, commandant supérieur des forces armées en Guyane, a remis le trophée Chesapeake à l’équipe du 3ème régiment étranger d’infanterie, qui termine en première place devant une équipe de la base navale (2nd) et du 9ème régiment d’infanterie de Marine (3ème).

En océan Indien, l’équipage B du bâtiment hydrographique et océanographique Beautemps-Beaupré au mouillage a commémoré la victoire de Chesapeake. A l’issue des couleurs, la lecture de l’ordre du jour a rappelé les circonstances de cette victoire stratégique. L’équipage a été débarqué pour une matinée de marche de cohésion autour de Dzaoudzi avec plusieurs camarades légionnaires. Après un repas offert par le détachement de Légion étrangère à Mayotte, dans la tradition, les marins sont allés se confronter au parcours du centre d’instruction et d’aguerrissement nautique (CIAN), aussi redouté qu’attendu.

Marquant la fin d’une première journée éprouvante, l’équipage a appareillé du mouillage pour transiter de nuit vers les îles Glorieuses afin d’entamer un exercice de souveraineté au profit des forces armées de la zone sud de l’océan Indien. Arrivé dans le lagon des Glorieuses au petit matin du deuxième jour, fort de sa connaissance des hauts fonds, le Beautemps-Beaupré a pu projeter son équipe de défense et d’intervention maritime pour un exercice d’infiltration dans la grande île, avant d’aller mouiller au débarcadère.

L’équipage a ensuite échangé avec le détachement de la Légion étrangère présent sur place. Comme les pionniers de la Légion étrangère, la mission du Beautemps-Beaupré est d’ouvrir la voie aux bâtiments de la flotte. Ses travaux permettent aux unités de la Marine nationale de naviguer en sécurité dans les ports, chenaux, détroits et au large par une connaissance fine de l’environnement hydrographique (description du fond, des marées et des courants) et océanographique (description de la colonne d’eau).

Source : Marine nationale.

Crédits image d’illustration : Wikimédia Commons.

Marine & Oceans
Marine & Oceans
La revue trimestrielle MARINE & OCÉANS est éditée par la "Société Nouvelle des Éditions Marine et Océans". Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public aux principaux enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d’un milieu fragile.   Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu'aux échanges. Les ressources qu'ils recèlent sont à l'origine de nouvelles ambitions et, peut-être demain, de nouvelles confrontations.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE