Mise à l’eau du Vlissingen, deuxième navire de lutte contre les mines du programme rMCM belgo-néerlandais

La cérémonie de mise à l’eau du Vlissingen, deuxième des douze navires de lutte contre les mines du programme belgo-néerlandais rMCM, destiné à la Marine royale néerlandaise, a eu lieu le 19 octobre 2023 à Concarneau en présence des chefs d’état- major de la Marine royale néerlandaise et de la Marine belge, et du représentant du chef d’état-major de la Marine nationale française. La mise à l’eau a été réalisée par Kership qui construit les navires à Concarneau pour le compte de Naval Group, maître d’œuvre d’ensemble.

Ce programme a été attribué en 2019 à Belgium Naval & Robotics, le consortium formé par Naval Group et Exail, dans le cadre d’une compétition internationale. Il prévoit la fourniture à la Marine belge et la Marine royale néerlandaise de douze navires de lutte contre les mines et d’une centaine de drones intégrés dans une toolbox, qui équiperont les navires.

Naval Group, architecte et maître d’œuvre d’ensemble, est responsable de la conception des navires, de l’intégration globale, des essais et de la mise en service du système de mission (système de combat et système de lutte contre les mines).

Kership, co-entreprise de Naval Group et Piriou, est en charge de la production des douze navires qui sont assemblés à Concarneau et Lanester.

Exail, co-traitant, est en charge du système de mission dronisé dont la plupart des drones seront produits à Ostende en Belgique. La maintenance des navires pour sa part sera assurée en Belgique dans le cadre d’une collaboration étroite entre la Marine belge et Naval Group Belgium, avec le concours de son partenaire Flanders Ship Repair.

Le Vlissingen, deuxième navire du programme et premier navire destiné à la marine royale néerlandaise, sera livré en 2025 aux Pays-Bas.
Le premier navire de la série, l’Oostende, destiné à la Marine belge, avait quant à lui été mis à l’eau le 29 mars 2023, tandis qu’avait lieu la mise sur cale du troisième, le Tournai, également destiné à la

Marine belge. Le quatrième de série, le Scheveningen, second navire à destination de la Marine néerlandaise, a été mis sur cale le 19 juillet 2023.

La livraison de l’Oostende est prévue fin 2024 à Zeebrugge, en Belgique. Les livraisons des autres navires s’échelonneront ensuite jusqu’à mi-2030.

Pierre Eric Pommellet, Président-Directeur Général de Naval Group a déclaré « Ce navire est une nouvelle fois le symbole d’une belle coopération industrielle, mais également celui d’une belle coopération européenne. Le Vlissingen est aujourd’hui mis à flot moins de 53 mois après l’entrée en vigueur du contrat. Ce succès est le fruit du travail de coopération des équipes d’ingénierie de Naval Group, des équipes de production de Kership et du chantier Piriou, et des équipes des administrations belge et néerlandaise que je souhaite féliciter. »

Un partenariat industriel et européen unique

Le programme rMCM est une composante majeure de la coopération européenne en matière de défense. Ce programme démontre que la capacité des états européens à collaborer ensemble et partager une solution destinée à devenir la référence dans le domaine de la lutte contre les mines, non seulement pour les marines belge, néerlandaise et française mais aussi pour d’autre marines en Europe et à travers le monde.

En septembre 2023, un Memorandum of Understanding (MoU) a été signé entre la France, la Belgique et les Pays-Bas, permettant à la France d’utiliser le design des navires rMCM pour équiper la Marine nationale. 12+6 navires devraient ainsi être livrés dans le cadre de ces programmes. Thales, qui développe depuis 2015 le programme franco-britannique de lutte contre les mines sans équipage MMCM, actuellement testé à la mer par les deux Marines, sera en charge de la solution dronisée embarquée pour la France. Ce partenariat concrétise encore la coopération de ces trois pays dans le domaine de la guerre des mines.

Un navire résilient et une toolbox de dernière génération

Ces navires spécialisés dans la guerre des mines sont les premiers à avoir la capacité d’embarquer et de mettre à l’eau ou en vol un ensemble de drones de surface (eux-mêmes des navires d’une douzaine de mètres et de 18 tonnes), des drones sous-marins et des drones aériens. Les navires de lutte contre les mines mettront en œuvre un système totalement robotisé pour la détection, la classification et la neutralisation des mines. Ils peuvent résister à des explosions sous-marines et possèdent des signatures acoustiques, électriques et magnétiques très basses en adéquation avec les missions à remplir.

Ces chasseurs de mines présentent les caractéristiques suivantes :

• Longueur : 82,6m hors tout

• Largeur : 17m hors tout

• Déplacement : 2800t

• Vitesse maxi : 15,3 nœuds

• Autonomie : >3500 nautiques

• Logement : 63 personnes

• Capacités drones : Système UMISOFT Exail, 2 drones de surface (Inspector 125 Exail), 3 engins sous-marins autonomes (A-18 doté du sonar UMISAS 120 Exail), 2 sonars remorqués (T-18 doté du sonar UMISAS 240 Exail), 2 systèmes MIDS (Seascan et K-Ster C Exail), 2 drones aériens (V200 UMS Skeldar), 1 Drague à influence Exail intégrant 5 modules magnétiques de CTM et 1 module acoustique de PATRIA.

• Capacité d’embarquement : 2 embarcations RHIB SOLAS de 7m.

• Manutention: 2 portiques latéraux avec berceau flottant pour drones de surface et embarcations commandos, 1 grue arrière de 15t, pont roulant de 3t.

Source : Naval Group.

Crédits photo : Naval Group.

Marine & Oceans
Marine & Oceans
La revue trimestrielle MARINE & OCÉANS est éditée par la "Société Nouvelle des Éditions Marine et Océans". Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public aux principaux enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d’un milieu fragile.   Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu'aux échanges. Les ressources qu'ils recèlent sont à l'origine de nouvelles ambitions et, peut-être demain, de nouvelles confrontations.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.