Selon GlobalData, le Japon poursuivra ses principaux programmes d’acquisition de matériel militaire malgré la dévaluation de sa monnaie

La dévaluation de la monnaie japonaise a ajouté une couche supplémentaire de complexité au budget de défense prévu pour les années à venir. Certains craignent que cela ne conduise à une réduction des budgets d’acquisition et à l’annulation ou au report de programmes d’acquisition de matériel de défense. Cependant, les principaux programmes d’acquisition en cours au Japon, y compris le Global Combat Air Programme (GCAP), le F-35A/B, les frégates de classe Mogami, les avions de transport C-2 et V-22 Osprey, et la patrouille maritime P-1, ne devraient pas être affectés par une éventuelle séquestration, selon GlobalData, une société d’analyse de données de premier plan.

Selon le tableau de bord de GlobalData sur la taille des flottes, la flotte militaire japonaise d’aéronefs à voilure fixe, composée de F-15J/DJ, C-1, C-130H et E-2C, a déjà dépassé les trente ans de service. La nécessité de moderniser et de remplacer ces équipements vieillissants devient de plus en plus urgente en raison de la domination croissante de la Chine dans la région indo-pacifique. En outre, l’utilisation prolongée de ces vieux appareils entraînera une augmentation des coûts de maintenance pour l’armée japonaise.

Harpreet Sidhu, analyste en aérospatiale et défense chez GlobalData, commente : « Pour relever ce défi, le Japon devrait continuer à investir dans ses programmes F-35A/B en cours et assurer un approvisionnement régulier en avions de combat avancés pour remplacer les anciens appareils. Toutefois, les restrictions budgétaires dans le domaine de la défense pourraient retarder de quelques années le déploiement de l’avion de sixième génération, qui était initialement prévu pour 2032. »

Source : GlobalData.

Crédits photo : US Navy.

Marine & Oceans
Marine & Oceans
La revue trimestrielle MARINE & OCÉANS est éditée par la "Société Nouvelle des Éditions Marine et Océans". Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public aux principaux enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d’un milieu fragile.   Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu'aux échanges. Les ressources qu'ils recèlent sont à l'origine de nouvelles ambitions et, peut-être demain, de nouvelles confrontations.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.