Centrafrique: enquête sur un naufrage meurtrier sur l’Oubangui

« Une suite judiciaire sera réservée à cette affaire afin d’établir les responsabilités et que les coupables soient punis », a déclare le ministre cité dans le communiqué.

Le bilan provisoire du drame est passé de trois à quatre morts et une dizaine de personnes sont portées disparues.

Selon le communiqué, l’embarcation qui a coulé, « la baleinière +Exaucé+, contre paiement et de manière clandestine, a embarqué une centaine de personnes, bien au-delà des normes prévues et en violation de toutes les règles sécuritaires ».

« Cette embarcation avait déjà fait l’objet d’une plainte de la direction générale des transports de surface le 29 novembre 2012 auprès du commissariat du port, lorsqu’elle a quitté Bangui la nuit », précise le communiqué.

L’embarcation qui a coulé transportait une centaine de spectateurs venus assister à une course de pirogues à l’occasion de la fête nationale, le 1er décembre.

Cette course attire chaque année plusieurs milliers de personnes sur les bords de l’Oubangui, qui marque la frontière entre la Centrafrique et la République démocratique du Congo. La course a lieu entre Zono, située côté congolais, et Bangui.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.