Les hydroliennes, “une lubie” selon une association ecologiste

“L’hydrolienne est la dernière née des lubies énergétiques nées de l’alliance des multinationales du mégawatt et des écolos brevetés transition écologique”, lance l’association dans un communiqué.

Le président François Hollande est arrivé lundi matin à Cherbourg d’où il doit lancer un appel à projets pour des parcs pilotes d’hydroliennes (grosses turbines sous-marines qui exploitent l’énergie des courants pour produire de l’électricité) qui devraient être situés dans deux lieux: le raz Blanchard (au large du Cotentin) et le passage du Fromveur, au large du Finistère.

Le Raz Blanchard, une zone de fort courant au large de Cherbourg présentée comme potentiellement propice aux hydroliennes, “est inclus dans une zone Natura 2000”, affirme Robin des bois.

Le “transformer en zone industrielle sous-marine au bout de la presqu’île nucléaire du Cotentin expose l’environnement, la faune et la flore à des pollutions et nuisances multiples: bruit, mutilation, pertes d’huile, câblages électriques, destruction de l’habitat”, pense l’association qui demande qu’une enquête publique soit menée avant le lancement de toute expérimentation d’hydrolienne.

“L’autre nom du Raz Blanchard, c’est le Passage de la Déroute”, ajoute Robin des bois, faisant allusion au fait que la navigation est connue des marins pour y être dangereuse.