Marseille: la ville veut un casino municipal sur son front de mer

Le projet pourrait aboutir d’ici 4 à 5 ans, a indiqué jeudi le secrétaire général de la mairie, Jean-Claude Gondard.

L’endroit serait construit sur le môle portuaire du “J4”, juste côté du nouveau Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), alors que la municipalité souhaite faire une zone touristique de cette portion de littoral entre Vieux-Port et port de commerce.

Pendant des décennies l’idée d’un casino est restée inenvisageable dans cette ville, notamment par crainte d’une mainmise de la pègre. Mais l’idée a fait son chemin, notamment quand la SNCM (Société nationale Corse Méditerranée) a mis en vente son siège historique.

“Pendant longtemps le maire (Jean-Claude Gaudin) a considéré que Marseille n’avait pas à se positionner sur ce type d’équipement. Aujourd’hui il a changé d’avis”, a dit M. Gondard.

Le siège de la SNCM ne convenant finalement pas, le casino municipal, objet d’un contrat avec un casinotier après appel d’offres, pourrait trouver sa place dans un bâtiment développé par un opérateur, sur ce “J4” proche des sites de débarquement des croisiéristes, tout près aussi du “J1” où le port souhaite accueillir de la plaisance de luxe.

“Il est nécessaire de conforter le développement continu de la ville, par la création de nouveaux espaces requalifiés et rendus au public”, explique la mairie, qui table aussi sur quelque 10 millions d’euros annuels de redevance quand l’endroit aura trouvé son régime de croisière.

Première étape, le conseil municipal se prononcera lundi sur le principe du casino, avant le lancement des études et procédures (autorisation de l’Etat notamment).

L’opposition du groupe “Faire gagner Marseille” (PS, Modem, société civile) se montre en revanche sceptique sur l’installation d’un lieu de jeu, dans le contexte d’un Marseille aux grandes difficultés sociales.

En outre, 10 millions d’euros de rapport, “ce n’est pas négligeable mais ce n’est pas une manne non plus” au regard d’un budget municipal d’un milliard d’euros, note une source du groupe.

Autres dossiers étudiés lundi, le lancement d’une étude de faisabilité d’un téléphérique desservant Notre-Dame-de-la-Garde, ainsi qu’une évaluation préalable pour la construction d’une “arena”, salle de sports et spectacles pouvant accueillir 15.000 personnes.