La Voix des océans

GÉOPOLITIQUE & DÉFENSE - Page 3

Défense Conseil International présente son savoir-faire opérationnel et ses formations

Depuis 2003, plus de 400 stagiaires venant du Koweït, du Qatar, de la Libye, de la Slovénie ou encore de la Malaisie ont été formés via l’expertise de DCI, opérateur du ministère de la Défense pour le transfert de savoir-faire militaire, dans le domaine de la plongée militaire, de la plongée professionnelle et des interventions sous-marines.

L’industrie navale et aéronautique de défense française s’expose au prochain LIMA sur le Pavillon France organisé sous l’égide du GICAN

La Malaise a acquis deux sous-marins de type Scorpène mis en service en 2009. Six corvettes Gowind seront également réalisées localement, en transfert de technologie, dans le cadre du programme Second generation patrol vessels - littoral combat ships (SGPV-LCS) . La Malaisie est, par ailleurs, le premier client export de l’A400M. 

Budget de la Défense “Il ne s’agit pas seulement de défendre un pourcentage mais bien un montant ” (CIDEF)

A l’heure où les grandes puissances dans le monde et nos alliés décident d’investir de nouveau – et ce massivement – dans leur Défense (+3 milliards d'euros en Allemagne en 2017 !), les industries de Défense françaises souhaitent rappeler qu’il ne s’agit pas seulement de défendre un pourcentage mais bien un montant, celui d’un effort additionnel substantiel rapide d'environ 2 milliards d'euros par an consacrés au fonctionnement des Armées et à leurs équipements. La cible de 2 % doit ainsi pouvoir être atteinte dès 2022. 

Quatre Grandes écoles françaises se déploient en Australie aux côtés de DCNS

En décembre 2016, le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, et le ministre de la Défense australien, Malcolm Turnbull, ont signé un contrat actant la vente de 12 sous-marins Shortfin Barracuda par le constructeur naval français DCNS à l’Australie. Dans ce contexte, quatre grandes écoles françaises ont décidé de constituer le Groupe des Grandes Écoles pour la Marine Australienne (GEMA) dans le but de faciliter les relations entre les membres du GEMA et les universités australiennes d’une part et DCNS d’autre part.

Tromelin restera totalement française

Par Philippe Folliot, député UDI du Tarn Laurent Furst, député LR du Bas-Rhin Gilbert Le Bris, député PS du Finistère Nous nous félicitons que le Gouvernement ait écouté nos légitimes arguments (http://www.philippe-folliot.fr/?p=14170), entendu l’exceptionnelle mobilisation populaire (pétition signée par plus de 11 000 personnes en quelques jours) et les très nombreux messages de soutien, et qu’il ait finalement fait preuve de sagesse en retirant de l’ordre du jour de l’Assemblée nationale la ratification de cet inique et dangereux traité de cogestion de l’île de Tromelin. Nous remercions toutes celles et ceux qui nous ont aidé et soutenu dans ce combat. Nous resterons particulièrement vigilants pour la suite et encourageons la France à éventuellement engager des négociations avec la République de Maurice pour établir un nouvel accord plus respectueux de la pleine souveraineté française. La République demeure une et indivisible ! .

Vaste mobilisation autour de l’île Tromelin

A l'initiative de Philippe Folliot, député (UDI) du Tarn et co-auteur du livre « France-sur-Mer : un empire oublié », une grande pétition a été lancée sur la plateforme www.change.org (Ndlr : sous le titre "L'île Tromelin doit rester française") pour empêcher l'adoption, ce mercredi 18 janvier à l'Assemblée nationale, d'un accord de co-gestion avec l'île Maurice sur cette terre française située dans l'océan indien, à proximité de Madagascar et de l'île de La Réunion. 

Les brèves Asie de Marine & Océans

Par Hugues Eudeline 

Consultant international, spécialiste en géostratégie maritime *

 

Ouverture d’une nouvelle route maritime chinoise à partir du port pakistanais de Gwadar

Deux navires transportant des chargements en provenance de Chine ont quitté le port de Gwadar au Pakistan, le 15 novembre 2016, à destination du Moyen-Orient et de l'Afrique. Leur cargaison venait de la ville chinoise de Kashgar, après avoir emprunté le Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), un projet pilote de 46 milliards de dollars en cours de réalisation. Les MV Cosco Willington et MV Al Hussein ont appareillé sous la protection de bâtiments de la Marine pakistanaise.

LA VOIX DES OCÉANS

Partenaire M&O : Gaztransport & Technigaz (GTT)